Autoportrait à l'ange retraité

 

Eudes

Peintre et graveur

Montréal

 

 

Voici un ange retraité qui aurait besoin de Viagra à plumes pour redéployer ses ailes. Cette image pourrait servir pour illustrer un avis de décès dans la rubrique nécrologique du journal, si les anges mourraient. Mais c'est connu, ces privilégiés jouissent, grâce à leur convention collective céleste, de la vie éternelle. D'habitude, ils ne vieillissent pas, ils demeurent de gros enfants joufflus. Celui-ci, suite à un mauvais encodage génétique, a attrapé le chromosome du vieillissement comme moi.

D'ailleurs, aurais-je dû devenir un artiste ? Enfant du Québec profond des années 50, j'ai été éduqué par un clergé catholique de frustrés et d'obtus. Tous les petits anges, que nous étions, voulaient devenir «un monsieur l'abbé», pire un «frère» ou une «sur». Même les nuls espéraient devenir «bedeau» pour voler l'argent des troncs sous l'il bonasse de Dieu.

Suite à ce que j'estime être une erreur dans le programme social, me voilà, dans la cinquantaine avancée, devenu artiste peintre et graveur sur bois. Mon enfance est mon fond de commerce inspiratoire comme vous pouvez l'imaginer par cet «autoportrait de l'ange à la retraite».

Si la chose vous intéresse «encore», je vous invite à visiter mon site. Pour ceux qui aime les choses insolites, allez voir la page «Faux témoignages» dans STYLO ou la «Onzième station» dans BIO.

 

www.eudes.ca

 


Portraits d'Artistes